affaire boulin charles pasqua

« La Droite ! Petites trahisons entre amis », aux éditions 12bis, une biographie non dégradable de Charles Pasqua.

Pour un habitué des parquets, finir sur les planches à 83 ans, c’est bien là le comble du succès. D’autant que le théâtre, Môssieur Charles Pasqua, ça le connaît. Mais en cette rentrée, sa dernière séance se joue sur d’autres planches, celles d’une BD.

Pour habiller le Marius haut en couleur, il fallait bien trois têtes brûlées. Deux du journal Marianne, Frédéric Ploquin côté enquête, Pascal Gros côté dessin et un scénariste, Pierre Boisserie. Dans un album, la Droite ! Petites trahisons entre amis, aux éditions 12bis, qui n’a rien d’une nature morte de la Chiraquie.

Dans cette bio non dégradable de Pasqua, deux révélations détonnent. L’une sur les années anis du grand Charles. Quand, directeur des ventes de la marque Ricard en 1962, il rencontre Jean Venturi, pilier de la French Connection à New York, pour implanter l’alcool marseillais sur le marché nord-américain. Grâce à « la belle-famille de Charles, qui avait fait fortune au Canada pendant la prohibition »…

L’autre sur la mort de Robert Boulin, dans un étang, en 1979. L’opposant de Chirac au RPR , « pour des raisons obscures certainement liées au financement, lui-même obscur, du RPR », avait obtenu le départ de Pasqua du bureau du parti. Bulle suivante ? « Malgré l’acharnement de certains journalistes malveillants qui ont imaginé un assassinat politique, la belle et grande justice de notre pays a conclu au suicide du seul homme qui pouvait barrer la route de Chirac vers le pouvoir. » Le diable se cache entre deux glaçons et quelques centimètres d’eau.

 

Une note des renseignements généraux, datant de 1971 et que Bakchich s’est procurée, décrit les turpitudes du jeune Charles Pasqua, vendeur chez Ricard, qui n’hésite pas à employer des méthodes à la limite de la légalité.

Charles Pasqua qui vient d’être condamné à trois ans de prison, dont un an ferme, dans l’affaire dite de « l’Angolagate » en connait un brin sur les caisses noires de la République. Bakchich Hebdo avait raconté, dans son troisième numéro, que la justice suisse n’avait trouvé qu’un seul destinataire de rétro commissions dans le fameux contrat des frégates avec Taiwan. Son nom : Etienne Leandri, corse flamboyant et l’homme d’affaires de Charles jusqu’à sa disparition en 1995.

Dans l’affaire Elf également, ses amis avaient bénéficié de nombreuses largesses et son fils Pierre avait échappé de justesse au renvoi devant le tribunal. Enfin, en mars prochain, le pauvre Pasqua va être traduit devant la Cour de Justice de la République pour répondre d’accusations de trafic d’influence dans trois dossiers alors qu’il était ministre de l’Intérieur entre 1993 et 1995.

Mauvaises habitudes

Dès son entrée à la société Ricard en 1952, l’ami Pasqua avait pris quelques mauvaises habitudes, comme l’explique une note des Renseignements Généraux dont nous publions en exclusivité des extraits. Datant du 13 mai 1971 et imprimée en vieux caractère d’encre bleue, cette fiche des RG est du bel ouvrage. Où l’on apprend que Môssieu Charles avait été viré de chez Ricard comme un malpropre.

Deux fois ministre de l’Intérieur, Charlie avait fait naturellement disparaître ce document des archives. Heureusement, un honnète fonctionnaire en avait conservé une copie et nous l’a transmise.

« Concurrence déloyale »

A l’époque, Charles Pasqua vend son pastis dans la zone des abattoirs de Marseille, le quartier alors des bars à filles. Avec les « ricardiens » , ce bonimenteur fait merveille, auteur d’un« hymne à l’anis » qui galvanise ses troupes « O toi, sainte Marthe, reine du Pataclet / Sers, avant qu’on n’parte, un bon Ricard bien frais ».

Hélas, la carrière de Charlie dans ce groupe aura été nettement moins brillante qu’il ne l’a généralement expliqué.

« Directeur commercial de Ricard en 1966, notent en effet les RG, Pasqua avait été mis en demeure de quitter cette société à la suite de la mauvaise gestion de son département. Il lui était reproché de s’être rendu coupable, tant sur le plan contractuel que délictueux, « d’un véritable concert frauduleux d’actes caractérisés de concurrence déloyale ». (…)

Du Martini en pire

Profitant de ses fonctions chez Ricard, il aurait vendu parallèlement de l’alcool pour la société Euraim qu’il avait discrètement créée. Ainsi Charlie commercialisait-il à l’époque le Gancia, une sorte de Martini en pire.

Lorsque les patrons de Ricard découvrent le double jeu de leur directeur commercial, ils le trainent devant les tribunaux. « La 3ème chambre de vacation supplémentaire du Tribunal de Commerce de Paris, dans son audience du 24 juillet 1969, rapporte la fiche des RG, a renvoyé les parties dos à dos, et condamna in solidum les sociétés Gancia et M. Pasqua aux dépens ».

Charles Pasqua - JPG - 32 ko

Charles Pasqua

Dessin de Mor

Chauffeur et gardes du corps

La note poursuit sur sa campagne pour se faire élire comme député de Levallois-Clichy en 1968, « a été marquée, notent les RG, par certains incidents locaux, notamment avec des éléments communistes. Ces derniers, à cette époque, avaient fait éditer un tract intitulé « Halte aux nervis de Pasqua ».

Des velléités politiques qui tambourinent jusqu’à la porte de Matignon : « En mars 1970, il a envoyé une lettre à M. Chaban-Delmas lui reprochant de faire preuve de trop de mansuétude et d’indulgence envers les prétendus étudiants de Nanterre qu’il qualifie de « professionnels de la destruction ».

Et les RG de conclure : « M. Pasqua qui dispose d’un chauffeur et degardes du corps mènerait un train de vie que je justifient pas ses ressources personnelles, semble-t-il ».

Le « semble-t-il » honore ce service de police. Mais après l’affaire Elf, les révélations sur les frégates et la condamnation de l’Angolagate, un demi siècle plus tard, cette prudence n’est plus de mise !

A lire ou relire aussi sur Bakchich.info :

affaire boulin charles pasqua jpg_jpg_jpg_Pasqua-3-2dee2-75024

Charles Pasqua : « Les gens sont méchants »

Lors de sa très attendue conférence de presse sur les ventes d’armes à l’Angola, l’ex-ministre de l’Intérieur a plongé un parterre de 200 journalistes dans une passagère déprime.

jpg_pasqua-pakman-2-a2891-2e039

Charles Pasqua entame une carrière de maître-chanteur

Condamné à trois ans de prison dans l’Angolagate, dont avec sursis, Charles Pasqua menaçait de faire sauter la République, jeudi, lors d’un point presse. Allons Charlie, on se calme !

jpg_angolagate-2-b86aa-4e08d

Pasqua réplique

Condamné à un an ferme, l’ancien ministre réclame la levée du secret défense dans ce dossier comme pour celui des Frégates de Taïwan parce que « tout le monde était au courant » : Mitterrand, Chirac, Balladur, (…)

jpg_jpg_Pasqua-3-8647e-07fcc

Pasqua prend ferme pour l’Angolagate

L’ancien ministre de l’Intérieur, ainsi que Pierre Falcone, Arcadi Gaydamak et Jean-Charles Marchiani ont écopé de prison ferme pour leur rôle dans ce vaste trafic d’armes avec l’Angola dans les années (…)

jpg_angolagate-e3433-d8fc5

L’Angolagate, retour sur un scandale d’Etat

Philippe Courroye, qui a instruit l’Angolagate, témoigne devant le tribunal. L’occasion pour les avocats de Pasqua, Marchiani ou Falcone de tirer à vue.

Les aventures de Gaydamak à la DST

Entre le n°1, Yves Bonnet, et son bras droit, Raymond Nart, les avis ont plus que divergé sur le milliardaire Arkadi Gaydamak. Usurparteur pour l’un, soldat de la France pour l’autre qui a témoigné hier, au procès de (…)

Sus au juge Courroye

Dans de nombreuses publications fort honorables, de gauche comme de droite,on a assisté, la semaine dernière, à une véritable campagne de dénigrement contre le juge Philippe Courroye, qui a instruit le fameux dossier de l’Angolagate, jugé à partir (…)

L’étudiant en droit Morin peut mieux faire !

Depuis le début des poursuites engagées par la justice dans le dossier de l’Angolagate et surtout depuis que le procès a été programmé pour le mois d’octobre prochain, le message des Angolais aux Français est clair : Si Pierre Falcone, l’homme clé de (…)

jpg_jpg_angola-4af3c-3edcf

L’Angolagate noyé dans le baril

En 2008, comme en 2007, à l’occasion du 14 juillet, l’Elysée a renoncé à toute forme de grâce présidentielle. Toutefois, l’été judiciaire est marqué par de spectaculaires retours en grâce. Episode N°1 : l’affaire (…)

Les « Échos » soupçonnent Gérard Filoche de plagiat

Mauvaise passe pour l’inspecteur du travail médiatique et prolifique. Il a reçu une lettre de mise en demeure de la part du quotidien économique, qui lui reproche d’avoir recopié des articles du journal dans son dernier livre, « Les caisses noires du (…)

jpg_marchiani-p3-9e804-4c648

« Compère » Marchiani sous haute surveillance

En 1987, en pleine cohabitation, la bande à Pasqua s’agitait sur le front des questions internationales. En particulier Marchiani, en mission à Téhéran, pour sauver des otages. Mais Tonton, bien sûr, veillait au (…)

jpg_dessin_Alfred_Sirven-8f64c-b54f5

Alfred Sirven : « Pasqua, c’est Fouché »

Le truculent Alfred Sirven fut l’un des protagonistes de la fameuse affaire des frégates à Taiwan, que le parquet de Paris cherche aujourd’hui à enterrer. Celui qui se targuait de pouvoir « faire sauter la République » avait commencé, à son retour de (…)

Pasqua sur son rocher

S’il ne lui reste qu’un îlot de pouvoir, c’est celui-là. Au pôle universitaire Leonard de Vinci (PULV), dans le quartier d’affaires de La Défense, le chef, c’est toujours Charles Pasqua. L’ancien parrain du 92 n’a d’ordre à recevoir de personne, et (…)

Voir en ligne : In Bakchich Hebdo n°7 du 4 novembre 2009

 

Laisser un commentaire